Entretien avec FERNANDO TRUEBA

Fernando Trueba, réalisateur et scénariste espagnol, était l’invité de la 31e édition du Festival du film du soleil de minuit de Sodankylä (Laponie finlandaise) où il est venu présenter cinq de ses films sur les seize qu’il a réalisés, dont « Belle époque » avec Penélope Cruz, pour lequel il a remporté l’Oscar du Meilleur film étranger en 1994, « Calle 54 », documentaire considéré comme le meilleur film consacré au latin jazz, et « L’artiste et son modèle », film réalisé en langue française en 2012 et coécrit avec Jean-Claude Carrière, magnifiquement interprété par Jean Rochefort.
Fernando Trueba est l’une des figures marquantes du cinéma de l’Espagne démocratique, et il est peu de dire qu’il est animé, depuis plus de quarante ans, par la passion du cinéma et de la musique… Un modèle d’artiste.
Par ailleurs, son amour et sa passion pour la culture et la langue française font de lui le plus francophile et francophone des cinéastes espagnols.

Vous êtes sans doute pour la première fois au Festival du film du soleil de minuit, qu’est-ce qui ou bien qui est-ce qui vous a décidé à y participer ? Et quel regard portez-vous sur ce festival ?
Je connaissais déjà Mika Kaurismäki ; on s’était rencontrés une ou deux fois au Brésil et, après, on s’était retrouvés en Espagne. Mon fils Jonás [scénariste et réalisateur de 4 longs métrages – N.D.L.R.] m’avait à plusieurs reprises parlé de ce festival où il n’était jamais allé, mais il avait vu le documentaire de Peter von Bagh sur le festival, « Sodankylä Forever ». Il m’a reparlé du festival il y a deux ou trois ans, me disant que c’était un endroit formidable où il aimerait bien aller. Et curieusement, aujourd’hui, on est tous les deux ici. Quand Mika m’a invité, il m’a dit qu’il aimerait inviter mon fils aussi. J’étais tellement surpris et cela nous a bien sûr réjouis, mon fils Jonás et moi, quand je lui ai dit qu’on était invités au Festival dont il m’avait parlé… parce qu’il aimait beaucoup von Bagh. Il avait vu aussi son film documentaire sur Helsinki, « Helsinki Forever ». C’est donc enthousiastes que nous sommes venus au Festival du film du soleil de minuit à Sodankylä.

Etes-vous familier du cinéma finlandais, et plus particulièrement des films de Mika et Aki Kaurismäki ?
Oui, je connais les films de Mika et Aki que j’aime, du reste, beaucoup. Je trouve également que ce sont deux personnalités extrêmement attachantes, la façon qu’ils ont d’envisager l’avenir du cinéma, avec beaucoup de rapports l’un à l’autre et, en même temps, absolument différents. A part leurs films, je dois dire que je ne connais pas le cinéma finlandais. Lire la suite « Entretien avec FERNANDO TRUEBA »