cannes_palmares_992x230_0

Le 72e Festival de Cannes, qui s’est déroulé du 14 au 25 mai 2019, vient de se clôturer avec la remise de la Palme d’Or par le jury présidé par Alejandro González Iñárritu au réalisateur coréen Bong Joon-ho pour son film « Parasite ». Parmi les 21 films en compétition officielle figurait « Roubaix, une lumière »*, le tout dernier film du metteur en scène français Arnaud Desplechin qu’il viendra présenter en personne, ainsi que quatre autres de ses longs métrages, au Festival du film du soleil de minuit qui se déroule à Sodankylä, en Laponie finlandaise, du 12 au 16 juin 2019 – rendez-vous incontournable, s’il en est, des cinéphiles avant le solstice d’été dans un cadre des plus estivals et dépaysants.

L’affiche du 72e Festival de Cannes rend hommage à la réalisatrice passionnée qu’était Agnès Varda qui nous a quittés en mars dernier à l’âge de 90 ans. Cannes lui avait remis une Palme d’honneur en 2015 et le Festival du film du soleil de minuit l’avait reçue comme invitée d’honneur en 1991 (Jacques Demy en 1987). Son dernier film « Varda par Agnès »* fait partie de la programmation du Festival du film du soleil de minuit.

Du côté finlandais, deux films cette année à Cannes qui n’ont pas, cette fois-ci, été récompensés mais que l’on retrouvera également au Festival du film du soleil de minuit en avant-première :
J.-P. Valkeapää, réalisateur primé et prisé par la critique, a présenté son dernier long métrage « Koirat eivät käytä housuja » / « Dogs Don’t Wear Pants » à la Quinzaine des réalisateurs. Un film culotté, même si les chiens ne portent pas de pantalon !
Teemu Nikki a présenté, quant à lui, son court métrage intitulé « All Inclusive » en compétition officielle. Même si le film n’a pas été récompensé par le jury présidé par Claire Denis, rien que le fait de se retrouver parmi les 11 sélectionnés (dont 9 fictions, 1 documentaire et 1 animation) sur les 4 240 visionnés par le comité de sélection est déjà en soi une victoire !

Par ailleurs, dans la section Un certain regard, Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec ont présenté le film d’animation « Les hirondelles de Kaboul » adapté du roman éponyme (2002) de Yasmina Khadra. De sa trilogie consacrée au malentendu entre l’Orient et l’Occident – « Les hirondelles de Kaboul » (2002), « L’attentat » (2005) et « Les sirènes de Bagdad » (2006) -, deux romans ont été adaptés au cinéma, soit « L’attentat » par Zied Douéri en 2013 et « Les hirondelles de Kaboul »* par Zabou Breitman en 2019. Mais avant cela, deux autres romans de Yasmina Khadra ont été portés au grand écran : « Morituri » par Okacha Touita en 2007 et « Ce que le jour doit à la nuit » par Alexandre Arcady en 2012.

Une occasion de lire ci-dessous l’interview accordée par Yasmina Khadra en juin 2007, à Mukkula, sur les bords du lac Vesijärvi, lors de la Rencontre internationale des écrivains qui a lieu tous les deux ans à Lahti.
Intitulé : Entretien avec YASMINA KHADRA

 
* « Varda par Agnès » : en salles en France et en Finlande
* « Roubaix, une lumière » : sortie en France le 21 août 2019
* « Les hirondelles de Kaboul » : sortie en France le 4 septembre 2019